AccueilHistoriqueContactsComitésHomélie du dimancheQuestionsActivitésNouvellesPour les JeunesLiensCimetièreBulletin paroissialProjet missionnaireAlbum de photosFormationsQuestions?
dreamstime_422343.jpg

Fête du Christ, Roi de l'univers, Année «A»
Dimanche 26 novembre 2017
Père Pierre Drouin, c.j.m.,
président de la célébration et homélie


Christroi.jpeg

Christ-Roi

26 novembre 2017

Ézéchiel 34,11-17

Psaume 23(22)

I Corinthiens 15,20-26.28

Matthieu 25,31-46

 

       Nous connaissons assez bien le texte que nous venons d’entendre parce qu’il est facile à retenir à cause de la répétition des mêmes mots et parce que ce qui est présenté est à la fois grandiose et dramatique car il s’agit du jugement et de la séparation radicale entre «les bénis de mon Père et ceux qui sont rejetés.

Qu’est-ce que ça veut nous dire en ce jour du Christ-Roi?

       Il est possible qu’en écoutant ce message, certaines, certains d’entre-vous ont pensé qu’il s’agit simplement de nous dire comment ça va se passer à la fin des temps….

Il ne s’agit pas de cela car notre foi ne consiste pas à connaître des secrets du futur… Non! Si Jésus nous parle du jugement, c’est plutôt pour nous donner le désir du retour à la maison du Père et l’espoir d’entendre un jour sa voix, qui nous dira : « Venez les bénis de mon Père et recevez en héritage le Royaume qui a été préparé pour vous avant la fondation du monde». (v.34).

       Mais je crois qu’il y a encore mieux, Jésus nous présente l’avenir pour que nous puissions mieux vivre l’aujourd’hui de notre vie.

       Si on a bien écouté, on s’est rendu compte qu’il ne nous révèle pratiquement rien de ce que sera le ciel mais il nous parle plutôt  de ce que nous à avons à vivre sur cette terre.

De fait, il nous parle de la valeur, de la profondeur impressionnante de chaque petite action, de chaque petit geste d’attention, de service, de bonté envers «l’un de ces petits qui sont (nos frères et sœurs)». (v.40)

       Je vous propose de faire un petit exercice, tout de suite… Pensez à une action, un geste que nous avons fait pendant les derniers jours : en exemple : une visite à un malade, une offrande à un pauvre, un beau salut à un inconnu ou l’écoute d’une personne dans la tristesse…

       Par cette Parole d’Évangile, Jésus nous révèle ce que nous avons fait sans même le savoir : nous avons visité, soutenu, écouté un ROI Oui! c’est un Roi que nous avons accueilli, servi. En aimant, nous sommes entrés dans son Royaume, car dans son Royaume, il n’y a de place que pour l’amour : «Dieu est Amour». Par chacun, chacune de vous, par moi, le Royaume s’est manifesté un peu sur la terre! Quelle grandeur incroyable dans un simple petit geste d’amitié, dans «un simple verre d’eau fraiche offert!»

       Ça me fait penser à la grandeur de toute une vie donnée en service! Parents, Infirmiers, Éducateurs, etc.

       À l’inverse, quand nous avons évité telle personne… quand nous avons été indifférent envers telle autre, c’est le Roi, notre Roi que nous avons mis de côté! Surement qu’Il nous attendait dans cette dame souffrante, dans cet homme qui nous semble difficile… Il nous attendait car il venait de nous demander d’être sa présence pour cette sœur, pour ce frère.

       Mais il n’est jamais trop tard! Jésus en nous disant tout cela ce matin, nous appelle encore une fois, à nous convertir à l’Amour.

       Frères et sœurs, ce que nous venons d’entendre dans l’Évangile nous redit que la vie éternelle est déjà commencée, et dans les plus petits évènements. Donc pas question d’attendre la fin du monde ou notre mort pour rencontrer Dieu.

       Dès maintenant, de façon mystérieuse, à travers le plus simple de nos actes se réalise de manière certaine, la vérité de notre rencontre avec le Christ, Roi et Vainqueur de la Mort.

       J’ai envie d’ajouter qu’il nous est peut être arrivé dans notre vie, alors que nous nous trouvions en présence de personnes qui avaient besoin de secours, que nous avons visité … de découvrir comme un autre visage…. Celui du Fils de l’Homme…

“Seigneur, quand nous est-il arrivé de te voir affamé et de te nourrir, assoiffé et de te donner à boire ? (v.37)

“En vérité, je vous le déclare, chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait !” (v.40)